Le quartier des Chartrons à Bordeaux (©Wikimedia)
Les prix médians dans la capitale girondine ont bondi de plus de 12% à fin septembre, pour atteindre 3590 euros le mètre carré, selon les notaires de France. Un « rattrapage » et un « effet LGV » selon les professionnels, qui tablent sur une accalmie.
Bordeaux est la ville de France où les prix des appartements anciens ont le plus grimpé en 2017, ont indiqué mardi les notaires, réfutant néanmoins toute « bulle ». En un an, les prix médians avaient bondi de 12,1% à 3590 euros le m² à Bordeaux à fin septembre, selon les professionnels. En 2016, Bordeaux était déjà la ville où le m² avait le plus augmenté, +15% sur un an, et +23% sur cinq ans.
D’autres villes de province ont, dans de moindres mesures, vu leur prix progresser à fin septembre sur un an. On peut citer Nantes (+6,3% à 2710 euros le m²), Lyon (+6% à 3560 euros), Angers (+5,4% à 1800 euros) et Lille (+5,2% à 3020 euros).
Pas de bulle immobilière
Sur l’ensemble du territoire, les prix des appartements anciens ont gagné 5,1% dans un volume record de 952.000 transactions, avaient annoncé les notaires fin novembre. Selon eux, le million de ventes « pourrait être frôlé ou franchi ».
« Mais nous ne sommes pas dans un phénomène de bulle immobilière », a déclaré le notaire Thierry Thomas lors d’une conférence de presse. « Nous atteignons ou nous rattrapons les prix de vente de 2011, sans pour autant battre des records sauf en Ile-de-France et sur Bordeaux ».
« Certes importante à Bordeaux », cette hausse marque toutefois « un rattrapage », en particulier pour les maisons de l’agglomération qui concentrent la moitié des transactions, jugent les notaires de France.
Effet LGVEstimez votre bien

« Il y a l’effet ligne à grande vitesse et toute une politique de la ville qui a certainement rendu Bordeaux très attractive », a souligné Thierry Thomas. À deux heures de Paris depuis l’entrée en service de la ligne LGV début juillet, Bordeaux a vu ses quartiers populaires se « gentrifier », ce qui a nourri une grogne, symbolisée par l’apparition de graffitis affirmant: « Parisien rentre chez toi ».
« Cette installation de Parisiens va-t-elle doper le marché à outrance? Nous ne le pensons pas. Les confrères locaux disent que cela devrait se calmer », a ajouté M. Thomas. Toutefois « les loyers n’augmentent pas » à Bordeaux, « ce qui signifie que le pouvoir d’achat pourrait ne pas suivre », a averti le notaire Thierry Delesalle.
Avec AFP

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/La-Vie-Immo/~3/sWcDyCUHRzM/pas-de-bulle-mais-des-prix-en-forte-hausse-a-bordeaux-41348.html
Source : LaVieImmo.com : toute l’actualité immobilière