Ils demandent le retour de l’APL accession. (©Philippe Huguen – AFP)
Pour les professionnels du secteur, la quasi-suppression de ce dispositif d’aide à l’achat est une aberration. Ils demandent son retour.
(BFM Immo) – Une initiative inédite lancée ce lundi 23 septembre à la veille du congrès annuel du monde HLM et à quelques jours de la présentation du projet de loi de finances. Des professionnels du logement, allant des représentants de propriétaires aux bailleurs sociaux en passant par des courtiers en crédits immobiliers, se sont unis pour réclamer le rétablissement de l’APL accession. Ils lancent une campagne sur les réseaux sociaux pour convaincre le gouvernement de rétablir ce dispositif d’aide à l’achat pour les plus modestes. Et ils ont des arguments solides.
Pour eux sa quasi-suppression l’an dernier n’a aucun sens, pas même budgétaire. Depuis le 1er février 2018, le champ d’application de l’APL accession a été réduit quasi à néant : limité à l’achat de logements anciens situés dans certaines zones non tendues et supprimé dans le neuf. Il est sensé disparaitre totalement en 2020.
Tout d’abord, les économies réalisées sont plus faibles que prévu. 18 millions d’euros l’an dernier contre 50 millions espérés. « Une déception, d’autant qu’au total, l’APL accession ne représentait en 2017 qu’environ 2 % du budget consacré au logement par l’État (900 millions sur 40 milliards d’euros) avec une réelle efficacité », précise Sandrine Allonier, directrice de la communication du courtier immobilier Vousfinancer.com et à l’origine de cette campagne.
Coûter de l’argent à l’État
Mais surtout, cette suppression va finir par coûter de l’argent à l’État. Car faute de pouvoir devenir propriétaire, beaucoup de ménages restent locataires et touchent donc encore souvent des APL locatives qui coûtent bien plus chères. « Chaque année environ 35 000 personnes devenaient propriétaires grâce à l’APL accession. Avec la quasi suppression du dispositif on peut estimer que ce sont autant de ménages restés locataires en 2018, avec un coût 3 fois plus élevé pour l’État », prévient Sandrine Allonier qui poursuit: « En effet, le montant moyen de l’APL accession versé est de 155 € par mois, sur la durée du prêt qui peut atteindre 25 ans, compte tenu de l’allongement des durées de crédit notamment chez les ménages modestes. L’APL location représente en moyenne un montant supérieur, 260 € par mois, sur toute la durée de la location, qui peut aller jusqu’à 50 ans au moins pour un ménage de 35 ans ».
La porte-parole de VousFinancer explique: « L’APL accession était l’une des aides les plus efficaces car elle était directement versée à la banque prêteuse par la CAF et venait donc réduire la mensualité de crédit payée par l’emprunteur, de 25 % en moyenne ! Prise en compte par les banques dans le plan de financement, elle permettait donc à des ménages dont l’endettement aurait été trop élevé sans cette aide de devenir propriétaire ».

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/La-Vie-Immo/~3/llkktESVYpU/les-professionnels-du-logement-reclament-le-retablissement-de-l-apl-accession-46612.html
Source : LaVieImmo.com : toute l’actualité immobilière