Le prix au m² des appartements parisiens devrait se stabiliser à la fin de l’été (©Eric Piermont – AFP)
Alors que les notaires voient les prix se stabiliser à la fin de l’été, les experts de LPI-SeLoger pensent que la capitale a « peut-être atteint ses limites d’expansion ».
(LaVieImmo.com) – Le cap des 9000 euros le mètre carré dans l’ancien a été franchi à Paris, et ce dès le printemps dernier. C’est ce qui ressort d’une étude de LPI-SeLoger publiée mercredi. Entre avril et juin, le prix moyen dans la capitale s’est élevé précisément à 9126 euros/m², soit une hausse de 2,3% par rapport aux trois mois précédents (+6,6% sur un an). Ils dépassent même les 10.000 euros/m² dans six arrondissements (IVe, Ve, VIe, VIIe, VIIIe et XVIe) et plus aucun arrondissement n’est en dessous des 7000 euros du m2. La hausse sur douze mois oscille même entre 5% et 10% dans quatorze arrondissements.
De leur côté, les notaires ont dévoilé cette semaine leur chiffres à fin mai. Selon ces professionnels, les prix des logements anciens à Paris ont atteint, en moyenne, les 8580 euros le mètre carré sur la période de mars à mai, soit une hausse de 5,9% sur un an. Comment expliquer de tels écarts de prix entre les deux organismes?
« En fait, les chiffres que vient de publier LPI-SeLoger sont ceux des compromis de vente signés en juin, alors que les données fournies cette semaine par les notaires correspondent aux prix relevés à fin mai, au moment de la signature de l’acte définitif de vente. Notre baromètre est donc en avance de quatre à six mois sur les prix des notaires, qui ne publieront qu’à l’automne ce qu’a été le marché aujourd’hui », rappelle Michel Mouillart, professeur d’Économie à l’Université Paris Ouest et auteur de cette étude mensuelle.
Paris a peut-être atteint ses « limites d’expansion »Estimez votre bien

Des différences de méthodologie. Voilà ce qui explique les écarts de prix entre les notaires et LPI-SeLoger. Reste une interrogation: les candidats à l’acquisition d’un bien situé dans la capitale doivent-ils s’attendre à payer encore plus cher à la rentrée? La Chambre des notaires d’Ile-de-France se veut rassurante. « Après deux nouveaux mois de nette hausse » les prix « devraient se stabiliser autour des 8900 euros/m² d’ici la fin du mois de septembre », estime-t-telle.
Chez LPI-SeLoger, on préfère ne pas se livre au jeu dangereux des prévisions. Michel Mouillart estime simplement « probable » que « le rythme de la hausse du prix des appartements parisiens se stabilise après les mois d’été qui sont particuliers et les hausses de 6,6% en juin, 6% en mai et 6% en avril ».
Il est vrai que la demande ne pourra pas suivre éternellement. « Nous avons lancé avec le Crédit Logement un indicateur mesurant la capacité des ménages à acheter des logements anciens. Celui sur Paris commence doucement à régresser, c’est-à-dire que les limites de solvabilité de la demande sont probablement atteintes », précise le spécialiste.
Selon Michel Mouillart, « il est probable que l’on ait atteint des limites au dynamisme de la reprise du marché parisien, après un mouvement de rattrapage. Pour qu’il continue à se développer, il faut des apports de clientèle supplémentaire ». Comme celle, par exemple, de banquiers anglais prêts à déménager dans la capitale après le Brexit, ou encore d’acquéreurs étrangers. Une chose est sûre, « en l’absence d’un mouvement d’arrivée de cette clientèle supplémentaire, les limites d’expansion des prix à Paris vont être atteintes », conclut Michel Mouillart.

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/La-Vie-Immo/~3/sroq0cvDOIM/jusqu-ou-les-prix-de-l-immobilier-a-paris-peuvent-ils-grimper-40142.html
Source : LaVieImmo.com : toute l’actualité immobilière