Le drame de la rue d’Aubagne le 5 novembre 2018. (©Christophe Simon – AFP)
Arlette Fructus juge que la ville ne respecte pas ses engagements. Elle estime la charte du logement signée par la mairie, l’État et les associations pour aider les personnes délogées ne soit « jamais appliquée ».
(BFM Immo) – En première ligne depuis la catastrophe de la rue d’Aubagne en novembre 2018, l’adjointe au maire de Marseille chargée du logement Arlette Fructus a rendu sa délégation, fustigeant le « non-respect » par la ville de ses engagements. Dans un courrier au maire LR Jean-Claude Gaudin, dévoilé par La Provence et que l’AFP a pu consulter, l’élue déplore que la charte du logement signée après la catastrophe par la mairie, l’État et les associations pour aider les personnes délogées ne soit « jamais appliquée ».
« Ce document engage donc la Ville et vous engage », poursuit-elle à l’adresse de Jean-Claude Gaudin. « Les associations et autres collectifs qui participent à ces rendez-vous dénoncent des dysfonctionnements dans l’application de la charte et le non-respect par la ville de ses engagements. Ils ont raison », poursuit-elle.
Evaluation de l’application de la charte
Après l’effondrement de ces deux bâtiments vétustes en plein centre-ville de Marseille, qui a fait 8 morts, des centaines d’immeubles ont été évacués, et de nombreux Marseillais ont dû être relogés, passant parfois plusieurs mois à l’hôtel. « Mon engagement dans la gestion de la crise consécutive au 5 novembre 2018 a été total », ajoute aussi Arlette Fructus, déplorant son isolement et assurant avoir été « la seule élue à participer aux réunions sur ce sujet en préfecture ou en mairie ».
Mercredi 8 janvier, un de ces comités doit se pencher sur l’évaluation de l’application de la charte, six mois après son adoption, a indiqué à l’AFP Emmanuel Patris, co-président de l’association Un centre-ville pour tous et membre du Collectif du 5 Novembre, né après la catastrophe. « La lettre de Mme Fructus apporte la preuve irréfutable de l’abandon des services de la ville de Marseille sur cette crise », estime Emmanuel Patris: « On a une grosse inquiétude sur la poursuite des négociations, car avec Mme Fructus on perd notre seul interlocuteur à la mairie ».
« Véritable crise humanitaire »
Emmanuel Patris pointe aussi du doigt la responsabilité de la métropole, dirigée par Martine Vassal (LR), candidate à la mairie de Marseille, « qui ne s’intéresse absolument pas au problème alors que beaucoup des compétences en la matière lui reviennent ».
Fin novembre, un rapport officiel du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées, rattaché à Matignon, estimait que Marseille vit « une véritable crise humanitaire » liée à une série de carences de la mairie mais aussi de l’État.
(Avec AFP)

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/La-Vie-Immo/~3/KInDOk1kDkE/a-marseille-l-adjointe-en-charge-du-logement-s-emporte-contre-la-gestion-de-l-habitat-indigne-47550.html
Source : LaVieImmo.com : toute l’actualité immobilière