Vue de Paris et de grands axes. (©Eric Feferberg – AFP)
Si Paris est souvent considérée comme la plus belle ville du monde, c’est notamment grâce au baron Haussmann. Ce préfet de la Seine de 1853 à 1870 a redessiné la capitale.
(LaVieImmo.com) – Georges Eugène Haussmann avait pour mission « d’aérer, unifier et embellir » Paris. À l’époque où le baron Haussmann est nommé préfet de la Seine, en 1853, la capitale a déjà subi des travaux de modernisation sous l’impulsion des préfets Rambuteau et Berger. Mais Paris est encore un entrelacs de ruelles étroites. Les hygiénistes estimaient que ces rues étroites et ces hautes maisons empêchaient une bonne circulation de l’air et donc la dispersions des maladies. Le pouvoir en place, lui, veut détricoter les foyers de contestations. Plus éparpillée, la classe ouvrière aurait plus de difficultés à s’organiser.
Le baron Haussmann va donc notamment percer de larges avenues dans Paris et édifier de nouveaux immeubles. Et ces fameux bâtiments haussmanniens obéissent à des règles d’esthétisme très précises. Ainsi, le préfet impose que les façades soient en pierre de taille et de la même hauteur tout le long de la rue ou de l’îlot. Cette règle n’est imposée qu’aux façades qui donnent sur la nouvelle percée. C’est pourquoi certains « dos » d’immeubles ne ressemblent pas à leur façade.
Des balcons aux 2ème et 5ème étages
Par ailleurs, hauteur et largeur du bâtiment doivent obéir à une certaine proportionnalité. C’est pourquoi, les immeubles haussmanniens ne dépassent pas 6 étages. La réparation des étages obéit à des règles strictes de hiérarchie sociale. Ainsi, au rez-de chaussée, se trouvent de part et d’autre du porche assez large pour passer les voitures à cheval, les boutiques des commerçants. Ces mêmes gérants, eux, logeaient au premier étage. Dans cet entresol, les hauteurs sous le plafond y sont souvent moins importantes. Le mur y est « à bossage », c’est-à-dire qu’une saillie y est sculptée. Soit pour décorer, soit pour renforcer le mur.
Le deuxième étage, l’étage noble car pas trop haut sans être trop proche de la rue, était réservé aux plus riches. Ces derniers avaient donc droit aux balcons, souvent filants et des hauteurs sous le plafond de 3,20 mètres. Les bourgeois plus modestes étaient, eux, logés au troisième, quatrième et cinquième étages. Les 3èmes et 4èmes étages sont dans le même style mais avec des encadrements de fenêtres moins travaillés et des hauteurs sous le plafond qui vont en décroissant. Les habitants du 5ème étage avaient, eux aussi, droit à un balcon. Et cela pour des raisons d’esthétisme. Eugène Haussmann voulait créer une symétrie avec le 2ème étage. Mais le balcon du 5ème étage était souvent moins travaillé. Et enfin, au 6ème étage, sous les combles à 45 degrés, se trouvaient les chambres de bonnes où logeaient les domestiques.

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/La-Vie-Immo/~3/oPoeOZ6CTi0/savez-vous-quelles-sont-les-caracteristiques-des-immeubles-haussmanniens-46250.html
Source : LaVieImmo.com : toute l’actualité immobilière