Le secteur du bâtiment espère une annulation partielle des charges (©AFP)
Si l’exécutif a prévu un investissement conséquent dans la rénovation des bâtiments pour son plan de relance, les professionnels du secteur espèrent également d’autres gestes en leur faveur.
(BFM Immo) – Le détail du plan de relance, qui doit être présenté ce jeudi par le gouvernement, sera scruté à la loupe par les professionnels de l’immobilier. Mais il n’est pas sûr en revanche que tout le monde y trouve son compte. Il y aura sans doute des déçus notamment du côté du logement neuf.
En première ligne, les professionnels du bâtiment. Pour eux, ce sont les surcoût liés aux nouvelles précautions sanitaires qui posent problème. Depuis plusieurs mois déjà, la fédération française du bâtiment appelle l’Etat à l’annulation massive des charges sociales pour les entreprises du bâtiment. Début juin, la FFB estimait qu’une annulation de charges équivalente à près de 8,5 milliards était nécessaire. Un montant considérable. Elle insistait alors sur le poids du secteur dans le PIB français: près de 10%. Pour l’instant, il n’est pourtant question d’aucune annulation de charges pour les professionnels du bâtiment.

Les promoteurs immobiliers, eux aussi, espèrent beaucoup des pouvoirs publics. Depuis le déconfinement, la demande en logements neufs est revenue mais c’est désormais l’offre qui manque. C’est la délivrance des permis de construire qui pose problème. La plupart des services d’urbanisme fonctionnent encore au ralenti et, avec les modifications récentes des plans locaux d’urbanisme, tout cela allonge encore plus les délais d’instruction. Certaines grandes villes mettent déjà 5 à 7 mois pour examiner des demandes. Face à cela et pour éviter une réelle pénurie et donc une flambée des prix, la fédération des promoteurs immobiliers a fait cet été plusieurs propositions dont une digitalisation au moins partielle des demandes de permis de construire. Cela permettrait de gagner plusieurs mois et du même coup plusieurs milliers de logements.
7 milliards pour la rénovation des bâtiments
Du point de vue budgétaire, l’essentiel de l’argent distribué via le plan de relance ira dans la rénovation énergétique. L’exécutif annonce près de 7 milliards d’euros : près de 4 milliards devraient être destinés aux bâtiments publics (écoles, hôpitaux, …), le reste au secteur privé.
Et pour le privé le gros du plan de relance sera consacré à « MaPrimeRénov », le successeur du Crédit d’Impôt de transition énergétique (CITE), qui doit s’éteindre en janvier prochain. « MaPrimeRénov » va être massivement élargie. Alors qu’elle avait été limitée ces derniers mois, les ménages les plus aisés par exemple en avaient été exclus, avec des montants variables en fonction des travaux et des bénéficiaires. Une prime limitée et complexifiée au point que la prime n’a bénéficié qu’à très peu de ménages. Seulement 50.000 depuis le début de l’année alors que le gouvernement en espérait 200.000 cette année.
>> Partenariat BFM Immo : jusqu’à 4 000€ de prime pour les travaux de rénovation de votre logement avec la Prime Eco Energie Auchan
la nouvelle version de la prime sera donc beaucoup plus large. Les ménages les plus aisés pourront de nouveau y avoir droit mais aussi les copropriétés et aussi surtout les propriétaires bailleurs qui ne bénéficiaient plus d’aucune aide de ce type depuis près d’une dizaine d’années. A la clé forcément un coût budgétaire. Le gouvernement prévoit un coût de 2 milliards d’euros pour l’an prochain.

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/La-Vie-Immo/~3/JANcDfnDUSA/plan-de-relance-les-attentes-des-professionnels-de-l-immobilier-49306.html
Source : LaVieImmo.com : toute l’actualité immobilière