Une chambre en colocation coûte en moyenne 427 euros (©Pixabay / edinaldo_maciel)
En quelques années, le marché de la colocation a été chamboulé. Si 76% des colocataires ont moins de 30 ans, ce mode de logement concerne de plus en plus des actifs.
(BFM Immo) – Rentrée étudiante oblige, le marché de la colocation est en plein boom. Et cette rentrée ne fait pas exception. A l’image de la location classique, le marché de la colocation est reparti en force à l’issue du confinement. Et la location à plusieurs concerne désormais toutes les étapes de la vie, comme le souligne une nouvelle étude de Locservice, un site spécialisé dans de la mise en relation entre les propriétaires et les locataires.
Désormais près de la moitié des colocataires ne sont pas des étudiants. Ainsi, 40% sont des actifs et 5% sont retraités ou sans activité. La moyenne d’âge, elle, reste relativement faible à 27 ans. 76% des colocataires ont moins de 30 ans mais 6% d’entre eux ont plus de 50 ans.

Car au delà de l’enjeu financier, la colocation joue un rôle social. 73% des personnes interrogées par Locservice disent privilégier ce mode de vie pour rencontrer de nouvelles personnes. Un intérêt qu’ils placent devant celui de faire des économies (cités par 53% des sondés) et le fait de vivre en communauté (31%). La colocation séduit de plus en plus. Elle a même inspiré de nouveaux concepts à l’image du co-living, ce qui correspond à une chambre à soi et des espaces partagés pour le reste.
Les villes où le marché est le plus tendu
Parmi les autres données intéressantes de cette étude, le loyer moyen d’une chambre en colocation (charges incluses) s’élève désormais à 427 euros (+1,42% sur un an). Ce loyer moyen est de 385 euros en Province (+1,31%), de 529 euros en Ile-de-France (+1,34%) et de 710 euros à Paris (+4,26%).
Les villes où il est le plus difficile de trouver une colocation sont Paris (8,2 demandes pour une offre), Lyon (avec un ratio de 5,4), Angers (5), Bordeaux (4,9) et Nantes (4,6). Inversement, c’est à Saint-Etienne que c’est le plus facile de trouver une chambre (0,5 demandes pour une offre). Viennent ensuite Limoges (avec un ratio de 0,68), Nîmes (0,69), Le Mans (0,69) et Marseille (0,74).

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/La-Vie-Immo/~3/TC-9azudSZA/la-moitie-des-colocataires-ne-sont-pas-des-etudiants-49242.html
Source : LaVieImmo.com : toute l’actualité immobilière