Des chiffres étonnants à Paris (©Bercy)
En se basant sur les informations récoltées par le fisc, l’État a créé, pour le grand public, une carte de France de toutes les transactions immobilières réalisées entre 2014 et 2018. Et certains chiffres ont de quoi surprendre.
Bercy serait-il allé trop vite? Dans un souci de transparence, l’État a rendu publique une de ses richesses: une vaste base de données de toutes les transactions immobilières en France entre 2014 et 2018. Lors de la publication de cette base en avril, Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics, s’est dit « heureux ». Et il a ajouté: « Ces données foncières sont désormais ouvertes en ligne, pour que chacun dispose de la meilleure information sur les ventes immobilières des cinq dernières années ». D’ailleurs, pour rendre ces données toujours plus accessibles, l’État a décidé de transformer cette liste de millions de transactions en une carte de France des plus intuitives.
Sauf qu’il semblerait qu’on soit loin de la « meilleure information ». En effet, en regardant plus attentivement la carte, nous avons constaté quelques chiffres surprenants. Ainsi, nous avons repéré un appartement de 42 mètres carrés à Saint-Germain-des-Prés, dans le 6ème arrondissement, le quartier plus cher de la capitale, vendu en 2018… 2.500 euros! Soit moins de 60 euros du mètre carré dans un quartier où les notaires notaient dans cet arrondissement un prix moyen au mètre carré de 13.880 euros au premier trimestre. Ou encore ce local de 133 mètres carrés rue de Seine qui a été vendu seulement 15 euros en 2015. Et ces deux appartements de 242 mètres carrés et 223 mètres carrés rue des Saints-Pères qui n’ont couté que 400.000 euros.
>> Estimez le prix de votre bien immobilier avec notre simulateur gratuit
Alors comment expliquer ces étranges transactions ? Le site réalisé par les services du gouvernement répertorie en fait toutes les mutations à titre onéreux, à savoir vente, vente en l’état futur d’achèvement, vente de terrain à bâtir, adjudication, expropriation ou échange. Ces sommes peuvent donc être des rachats de parts ou encore « des biens en piteux état », nous suggère un agent du fisc.
Des transactions troublantes
Certaines transactions restent néanmoins troublantes, comme cet appartement de 60 mètres carrés rue Bonaparte vendu 1 euro en 2014. Le 6ème arrondissement n’est évidemment pas le seul touché. 5 appartements rue Richer dans le 9ème ont même été vendus en 2014 pour 0 euro! Interrogé par BFM Immo, cet agent des services des impôts nous a répondu que c’était « en effet, très étonnant ». Une des data scientists, qui a conçu le site, reconnait qu' »il y a des choses vraiment bizarres ». Si aucun ne donne une explication – « nous n’avons pas vocation à commenter les transactions immobilières » – l’un d’entre eux reconnait : « Il y a une action manuelle, nous ne sommes donc pas à l’abri d’une erreur ».
Des interrogations qui, semble-t-il, n’ont pas lieu qu’à Paris. « Cela indique que les prix sont à prendre avec des pincettes », conclut la data scientist.
Depuis la publication de cette carte, Bercy a légèrement corrigé le tir en écrivant « nan € / Vente » plutôt que « 0 € / Vente ». Ce qui, finalement, ne donne pas vraiment plus d’indications au particulier qui viendra consulter cette carte.

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/La-Vie-Immo/~3/LyWZPjEbXeM/la-carte-de-bercy-sur-les-prix-immobiliers-en-france-est-elle-fiable-45426.html
Source : LaVieImmo.com : toute l’actualité immobilière