JO-2024/Village olympique. (©Lionel Bonaventure – AFP)
L’opération pour la vente des terrains du village olympique, préalable à sa construction, est lancée au Mipim. Retour sur le calendrier prévu.
(LaVieImmo.com) – De la libération des terrains au démarrage du chantier, voici les étapes d’un calendrier très serré pour que le village des athlètes soit prêt lors des Jeux olympiques de Paris-2024:
Libérer les terrains
Des entreprises, des écoles spécialisées ou encore un foyer de travailleurs immigrés sont implantés sur la zone du village olympique, à cheval sur Saint-Ouen, Saint-Denis et l’Ile-Saint-Denis. La Solideo, l’établissement public qui supervise et finance les chantiers, négocie leurs départs contre des indemnisations pour acquérir les terrains et maîtriser le foncier en 2019. Dix-neuf entreprises et le foyer de travailleurs immigrés doivent être relocalisés. L’opération provoque la colère de personnels d’une école d’ingénieurs, Supmeca, obligée de libérer le bâtiment qui lui sert de réfectoire, d’autant qu’une résidence étudiante doit être démolie à 300 mètres pour le chantier. Une pétition a été lancée pour que le « campus soit restitué dans son intégralité » après les JO. La Solideo répond qu’un nouvel édifice pourra être construit sur l’emplacement historique de l’école pour accueillir la restauration et servir de résidence étudiante.
In fine, des expropriations d’urgence pourront être ordonnées, en vertu de la « loi olympique » adoptée par le Parlement en 2018.
Démolitions et dépollution
La Solideo va aménager les espaces publics du village des athlètes et vendre les terrains aux promoteurs qui construiront les logements. De gros travaux de démolition sont à prévoir — une trentaine de bâtiments selon la Solideo — et les sols doivent être dépollués, un enjeu important dans cette zone qui a un passé industriel.
Après avoir sélectionné les opérateurs de construction, fin 2019, l’année 2020 doit être consacrée à l’obtention des permis de construire et aux premiers travaux de démolition et dépollution. Les chantiers doivent démarrer début 2021 pour se terminer début 2024. « On est dans un calendrier extrêmement serré », affirme régulièrement le directeur général de la Solideo, Nicolas Ferrand.
Quelle opération financière ? Les dépenses de la Solideo sont estimées à 466,2 millions d’euros hors taxes, comprenant notamment les acquisitions foncières, les études, les travaux d’aménagement et les équipements publics. 293 millions d’euros viennent des financements publics, le reste de la vente des charges foncières aux promoteurs et investisseurs qui vont construire le village. Au total, le privé va investir environ 1,2 milliard d’euros, selon les estimations de la Solideo. Les 3 programmes immobiliers de la zone
Pour le secteur de Saint-Ouen, la Solideo lance mardi au Marché international des professionnels de l’immobilier (Mipim) à Cannes les opérations de commercialisation sur deux lots à construire. La SEM Plaine Commune Développement lance la même opération, toujours mardi au Mipim, pour la partie qui se trouve sur l’Ile Saint Denis, un futur « écoquartier fluvial », piéton et sans voiture.
Sur le dernier secteur, à Saint-Denis, la société Vinci Immobilier avait déjà obtenu les droits de construction avant que Paris soit désignée pour les JO de 2024.
D’autres travaux sont prévus: une nouvelle passerelle doit permettre de franchir la Seine, dont des berges seront réaménagées. Un échangeur et un mur antibruit seront construits sur l’A86. Le quartier doit aussi bénéficier de l’enfouissement de quatre lignes aériennes à très haute tension.
(Avec AFP)

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/La-Vie-Immo/~3/7d7ftanCD6w/jo-2024-de-paris-le-calendrier-tres-serre-de-la-construction-du-village-olympique-44982.html
Source : LaVieImmo.com : toute l’actualité immobilière