Illustration d’ADN (©AFP)
Persuadé que Charles Rogers, un aristocrate anglais, est son père, Jordan Adlard Rogers a réalisé un test ADN à la mort de celui-ci. Le test s’avérant positif, Jordan Adlard Rogers hérite de ses biens et de sa fortune.
(LaVieImmo.com) – Il était une fois l’histoire d’un pauvre travailleur social qui devint un riche aristocrate anglais. La vie de Jordan Adlard Rogers, raconté par The Guardian, sonne comme un conte de fée. Jordan Adlard Rogers est un travailleur social anglais qui tire le diable par la queue. Il vit dans un logement social avec sa fiancée et son bébé, et ne sait pas toujours de quoi demain sera fait. Au quotidien anglais, il raconte qu’il lui est parfois difficile de payer ses factures.
Ce jeune homme de 31 ans porte, depuis sa naissance, une blessure: il n’a pas de père. A l’âge de 8 ans, sa mère lui assure qu’il est le fils non reconnu d’un aristocrate des Cornouailles, Charles Rogers. Mais la blessure de Jordan ne se refermera pas pour autant. En effet, non seulement ce lieutenant de vaisseau de la Royal Navy refuse tout test de paternité, laissant Jordan avec ses questions, mais en plus, il s’avère que ce lord est un toxicomane. Il vivra d’ailleurs reclus pendant 40 ans.
59.000 euros par an pour la location des terres
À sa mort, Jordan Adlard Rogers peut enfin procéder au test ADN. Les résultats révèlent qu’il est bien le fils de Charles Rogers. Cette bonne nouvelle s’accompagne d’une seconde encore meilleure: il est le seul héritier. Et Charles Rogers est riche. Très riche. Le jeune homme peut emménager dans une propriété estimée à 50 millions de livres, soit près de 56 millions d’euros. Et il touchera 59.000 euros par an grâce à la location des terres de la propriété aux agriculteurs.
De plus, Jordan Adlard Rogers et sa fiancée n’auront pas à payer pour l’entretien de l’imposant manoir puisque le domaine a été donné en 1974 au National Trust, l’organisme qui s’occupe de la gestion des bâtiments nationaux, en échange d’un bail de 1.000 ans permettant à la famille de continuer à y vivre.

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/La-Vie-Immo/~3/2h97A96cp4s/il-prouve-qu-il-est-le-fils-d-un-lord-anglais-et-passe-d-une-hlm-a-un-manoir-de-56-millions-d-euros-45624.html
Source : LaVieImmo.com : toute l’actualité immobilière