De nombreux locataires font des économies car leur loyer n’est pas réindexé (©Nattanan23 / Pixabay)
La revalorisation annuelle des loyers est loin d’être systématiquement appliquée par les propriétaires bailleurs. De quoi générer de substantielles économies du côté des locataires.
(LaVieImmo.com) – Près de la moitié des propriétaires bailleurs qui gèrent en direct leurs biens immobiliers ne revalorisent pas chaque année les loyers. C’est ce qui ressort d’une étude de Smartloc, un site spécialisé dans l’accompagnement des bailleurs particuliers, que dévoile BFM Lavieimmo ce vendredi. Une aubaine pour de nombreux locataires puisque cet oubli leur est particulièrement favorable et se cumule année après année. Et avec le retour de l’inflation, les économies peuvent être substantielles.
En effet, l’indice de référence des loyers (IRL) fixe les plafonds pour les augmentations de loyers, que ce soit en cours de bail (à la date anniversaire du bail ou à la date de révision prévue dans le contrat) ou que ce soit à la relocation avec un nouveau locataire (sous certaines conditions). Or, cet IRL est calculé à partir de l’inflation, et plus précisément de l’évolution des prix à la consommation hors tabac et hors loyers. Et celle-ci a eu plutôt tendance à accélérer ces derniers mois. Ainsi, au dernier trimestre, la variation de l’indice de référence des loyers a grimpé à 1,74% sur un an. Un niveau qui n’avait plus été observé depuis fin 2012.
209 euros par an pour un loyer de 1.000 euros
Pour un loyer moyen (selon Smartloc) de 660 euros par mois, la non-revalorisation de 1,74% équivaut à 11,5 euros d’économie par mois pour le locataire. Soit près de 138 euros par an. Pour un loyer de 800 euros, on grimpe à 167 euros de gains annuels côté locataire. Et pour un loyer de 1.000 euros, l’économie atteint 209 euros par an. De quoi pratiquement se payer un abonnement dans certaines salles de sport low cost. On précisera ici que l’évolution de l’IRL à appliquer dépend de la date de révision prévue dans le bail ou, à défaut, de la date de signature du bail. Les économies à attendre vont donc varier en fonction de cette évolution de l’IRL et de la date anniversaire de votre bail.
Autre élément à avoir en tête, votre propriétaire n’a qu’un an pour pouvoir réindexer le loyer et cette révision ne peut pas être rétroactive. Autrement dit, si la date de révision de votre loyer est prévue en décembre mais que votre bailleur ne se réveille que maintenant, le loyer révisé ne sera augmenté qu’à compter du mois prochain. Il ne pourra rien réclamer en plus pour les mois de décembre à mars. Par ailleurs, au-delà d’un délai d’un an, la révision du loyer pour l’année écoulée n’est plus possible.
Les économies se cumulent donc au fil des années pour les heureux locataires concernés. Smartloc estime que 50% des 6 millions de logements du parc locatif privé sont gérés en direct par des particuliers. Et le site fait l’hypothèse que les loyers des autres biens, gérés via des agences ou des professionnels, sont systématiquement revalorisés. Sur les 3 millions de logements concernés donc, 48% des propriétaires n’indexent pas les loyers, selon les estimations de la plateforme. Ce qui revient à dire que les locataires de 1,44 million de logements dans le secteur privé seraient ainsi gagnants.
>> Notre simulateur pour calculer l’augmentation du loyer

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/La-Vie-Immo/~3/9ETy9xB7uks/ces-nombreux-et-heureux-locataires-dont-les-proprietaires-oublient-d-augmenter-le-loyer-45100.html
Source : LaVieImmo.com : toute l’actualité immobilière