Des taux immobiliers au plus bas. (©Mychele Daniau – AFP)
En avril, les taux immobiliers ont une nouvelle fois diminué, et des courtiers constatent de nouvelles baisses en mai. Les planchers historiques sont battus sur 15, 20 et 25 ans.
(LaVieImmo.com) – Les planchers historiques sont enfoncés. Les banques françaises ont nettement baissé en avril les taux d’intérêt des crédits immobiliers aux particuliers. « Jamais par le passé l’accès aux crédits immobiliers n’aura été rendu aussi facile par les établissements bancaires », résume dans un communiqué l’observatoire Crédit Logement/CSA. Le premier organisme regroupe les principales banques françaises, le second est un institut d’études de marché.
Toutes durées confondues, les taux d’intérêt des crédits immobiliers du secteur concurrentiel se sont en moyenne établis à 1,35% en avril, contre 1,39% le mois précédent. « Les taux des crédits immobiliers reculent donc toujours et ils ont presque rejoint leur minimum historique de novembre 2016 », à 1,33%, souligne l’observatoire. Le record global de fin 2016 n’est donc pas encore battu. Mais lorsqu’on regarde durée par durée, les taux n’ont jamais été aussi bas : 1,09% sur 15 ans (contre 1,15% en novembre 2016), 1,27% sur 20 ans (contre 1,37%) et 1,49% sur 25 ans (contre 1,63%).
>> Trouvez les meilleurs taux grâce à notre comparateur de crédits immobiliers
La durée des prêts a bondi en quelques années
Comment expliquer ce paradoxe ? En réalité, les taux n’ont jamais été aussi bas mais les Français empruntent sur des durées de plus en plus longues. Or, mécaniquement, plus on emprunte sur des durées longues, plus les taux moyens sont élevés. Ce qui fait que le record toutes durées confondues n’est pas encore battu.
Ainsi, la durée moyenne des crédits nouvellement contractés, supérieure d’environ deux ans et demi à ce qu’elle était en 2014, a bondi. Elle marque néanmoins un petit recul en avril comme déjà le mois précédent. Les durées de prêts baissent à 227 mois (18,9 ans) contre 228 en mars. Au dernier trimestre 2016, cette durée moyenne était de « seulement » 215 mois (soit 17,9 ans).
Par ailleurs, depuis fin 2016, l’inflation a accéléré en France. Les prix s’inscrivaient en hausse de 1,2% en avril sur un an, contre une progression des prix à la consommation de 0,2% en 2016 selon l’Insee. Ce qui signifie théoriquement que l’on peut presque gagner du pouvoir d’achat en empruntant. Toutefois, les chiffres de l’observatoire s’entendent bruts et ne comprennent par exemple pas l’assurance des prêts, systématiquement demandée par le créancier.
Le retour des renégociations
Le courtier Vousfinancer constate lui aussi des baisses de taux en mai, allant de 0,05 à 0,20 point. « Cela concerne essentiellement des banques qui n’avaient diminué leurs taux en avril ». Le courtier précise que les taux de crédit immobilier atteignent en moyenne dans son réseau 1,25% sur 15 ans, 1,45% sur 20 ans et 1,65% sur 25 ans, avec des taux records négociés pour les meilleurs profils à 0,6% sur 15 ans, 0,85% sur 20 ans et 1,1% sur 25 ans. Conséquence de ces baisses de taux successives : depuis quelques semaines, Vousfinancer constate une reprise des demandes de renégociations de crédit en hausse de 20% en mars par rapport à février, et de 30% en avril par rapport à mars. « Si l’on compare avec décembre 2018, le nombre de demandes de renégociations de prêt a doublé, même si on reste loin du niveau atteint lors des grosses vagues de renégociations des années 2010, 2013 ou 2017 », précise le courtier.
Vousfinancer livre par ailleurs 10 conseils pour renégocier son crédit: 1. Commencer par solliciter sa propre banque pour renégocier le taux de son crédit 2. En cas de refus, mettre en concurrence les banques pour faire racheter son prêt et obtenir le taux le plus avantageux 3. S’assurer qu’il y ait un écart de 0,70 à 1 point minimum entre son taux et les taux proposés actuellement 4. Être dans le premier tiers de la durée de remboursement de son crédit 5. Avoir encore 100.000 € à rembourser minimum 6. Bien préparer son dossier de prêt et notamment, demander à sa banque le décompte de remboursement, ce qui peut prendre parfois plusieurs mois 7. Avoir conscience des frais engendrés par l’opération (pénalités de remboursement anticipé, frais de dossier et frais de garantie pour le nouveau prêt = au total 3 % du capital restant dû environ) 8. Diminuer la durée restante de son prêt, plutôt que la mensualité pour maximiser l’économie 9. Trouver aussi une assurance de prêt mieux adaptée et/ou plus compétitive 10. Prévoir de conserver son bien – et donc son crédit – encore 2 ans minimum car lors d’un rachat, on repart en début de prêt avec, par conséquent, un amortissement plus lent les premières années.

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/La-Vie-Immo/~3/3py04jtkU4U/avec-des-taux-en-baisse-il-n-a-jamais-coute-aussi-peu-cher-d-emprunter-sur-15-20-ou-25-ans-45460.html
Source : LaVieImmo.com : toute l’actualité immobilière