Exemple d’utilisation de la pierre dans les arènes de Nîmes (©Pascal Guyot – AFP)
Ces roches ont obtenu la protection d’une « indication géographique ». Il s’agit de la neuvième indication homologuée.
(BFM Immo) – Les « pierres marbrières de Rhône-Alpes » ont obtenu la protection d’une « indication géographique », label délivré par l’Institut national de la propriété industrielle (Inpi), devenant le neuvième produit à en bénéficier. L’indication géographique, effective vendredi 29 décembre, concerne huit PME d’Isère, Ain et Ardèche pour les opérations d’extraction, auxquels s’ajoutent les départements de la Drôme, de la Loire, du Rhône, de Savoie et de Haute-Savoie pour les opérations de façonnage, précise l’Inpi dans un communiqué.
Ces roches compactes, exploitées depuis l’antiquité, sont caractérisées par leur texture fine et leur couleur, qui peut varier du beige rosé brun jusqu’au gris jaune. Elles ont servi de matière première pour la construction du théâtre d’Orange, des arènes de Nîmes, de la cathédrale Saint-Jean de Lyon, de la bibliothèque nationale de Paris, de l’Empire State Building à New York, du Capitole à Washington, du palais impérial Meiji à Tokyo ou encore de l’Escurial en Espagne.
>> Trouvez le meilleur prix pour vos travaux avec notre comparateur de devis
Une dureté exceptionnelle
Leur dureté exceptionnelle a nécessité le développement d’un savoir-faire particulier qui s’est perfectionné au fil des années. Aujourd’hui, l’extraction se fait par sciage au câble diamanté, par haveuse ou par perforatrices à air comprimé et wagon drill, selon les caractéristiques du gisement, l’objectif étant de préserver au maximum l’intégrité de la roche. Les procédés de façonnage, depuis le bloc jusqu’au produit fini, se décomposent en plusieurs étapes (sciage, calepinage, gravure, surfaçage, flammage, grenaillage…), dont certaines sont nécessairement manuelles.
L’indication géographique protégée « distingue un produit originaire d’une zone géographique déterminée et qui possède des qualités, une notoriété ou des caractéristiques liées à ce lieu d’origine. Elle protège le nom dudit produit des contrefaçons et autres copies », selon l’Inpi. Elle se matérialise par l’apposition d’un logo sur le produit, accompagné du nom de l’indication et de son numéro d’homologation.
Il s’agit de la neuvième indication homologuée depuis l’entrée en vigueur du dispositif, après le siège de Liffol (décembre 2016), le granit de Bretagne (janvier 2017), la porcelaine de Limoges (décembre 2017), la pierre de Bourgogne (juin 2018), le grenat de Perpignan (novembre 2018), le tapis d’Aubusson et la tapisserie d’Aubusson (décembre 2018) et la charentaise de Charente-Périgord (mars 2019). Ce label intéresse de nombreuses entreprises dans toutes les régions françaises : une cinquantaine de « prises de contact et demandes d’information » ont été transmises à l’Inpi, dont par exemple les santons de Provence, l’absolue de Grasse ou les poteries d’Alsace, selon l’Inpi.
Avec AFP

Source Article from http://feedproxy.google.com/~r/La-Vie-Immo/~3/T9TB4xSMXHw/apres-le-granit-de-bretagne-les-pierres-marbrieres-de-rhone-alpes-protegees-par-un-label-47284.html
Source : LaVieImmo.com : toute l’actualité immobilière